itenfrde+39 329 288 1337 info@laviasilente.it
+39 329 288 1337 info@laviasilente.it
itenfrde

Étape 14 : Ceraso / Mont Gelbison

Il est temps de se décider : en poursuivant l’itinéraire initial, vous arriverez au sommet du Mont Gelbison d’où, d’un coup d’œil, vous devriez pouvoir revoir une partie de la Via traversée ces derniers jours. Quitter la piste à Massascusa vous permettra au contraire de pénétrer au cœur de ce territoire, où plus que des voyageurs, vous vous sentirez des explorateurs, protagonistes d’une expérience que vous aurez du mal à oublier.
Après le sommet du Monte Cervati, celui du Monte Gelbison est le deuxième point culminant de la Via Silente : 1705 mètres au-dessus du niveau de la mer. L’ascension de la montagne commence à une dizaine de kilomètres du départ, au village de Novi Velia, avec sa tour normande isolée. Lorsque vous atteignez un rond-point à l’entrée du village, continuez à droite en suivant la Via Monte Gelbison jusqu’à ce que vous atteigniez un panneau indiquant l’ancien chemin des pèlerins. A partir de là, la montée se poursuit inexorablement : à chaque virage, on espère apercevoir le monticule de pierres votives indiquant l’entrée du sanctuaire, mais la route semble interminable. En raison de la grande différence d’altitude, la végétation change rapidement : entre 600 et 800 mètres, les peuplements du genre Quercus dominent ; dans les zones les plus ensoleillées, le chêne pubescent prédomine, mais on trouve également de grands spécimens de chêne, de chêne anglais et de chêne turc. L’aulne napolitain prédomine dans la zone la plus humide du parcours, celle qui borde le ruisseau Torna. En montant encore, de grands châtaigniers commencent à se montrer, laissant bientôt la place à des sapins de différentes espèces. L’aulne napolitain réapparaît juste avant le plateau de Fiumefreddo où, de la source du même nom, jaillit une eau toujours claire et fraîche. Nous vous conseillons de vous ravitailler car vous êtes encore trop loin du sommet. Derrière la source, le paysage est caractérisé par une dense forêt de sapins, mais c’est la rencontre avec les hêtres majestueux qui laissera penser que le sommet est proche. Enfin, après un court tronçon sans virage, on arrive à la « croix de Rofrano », point de rencontre entre les deux sentiers qui gravissent la montagne par les deux versants. Dans la clairière, le tas de pierres surmonté d’une croix (les « montagnes de la piété »), signe séculaire de la dévotion des pèlerins.
Si vous êtes arrivé jusqu’ici sans traîner votre vélo, il est temps de sortir de la selle. En fait, le sanctuaire est encore à quelques mètres et le dernier tronçon coïncide avec l’ancien chemin pavé en pierre locale.
Le sanctuaire de la Madone du Mont Sacré à Novi Velia se dresse sur le site d’un ancien lieu sacré, peut-être un temple italique. Il était certainement déjà connu au IXe siècle : en effet, Gelbison dérive de Gebel-el-son, terme arabe signifiant « mont de l’idole », et le nom doit être attribué aux pirates musulmans stationnés à Agropoli. Le sanctuaire chrétien pourrait être l’œuvre de moines basiliens italo-grecs. Le premier document attestant de l’existence du sanctuaire ne date cependant que de 1131 et mentionne la rupis Sanctae Maria dans le fief de Rofrano (l’autre versant de la montagne de Novi Velia). Au point culminant de la montagne se trouve la grande croix en poutres d’acier sur laquelle il est également possible de grimper. La structure est illuminée en été et est visible à des dizaines de kilomètres à la ronde. La zone du sanctuaire proprement dit est constituée de nombreux bâtiments en pierre et l’église est située sur une grande place. À l’intérieur de l’église, derrière l’autel, se trouve une statue en bois de la Vierge assise avec l’Enfant. La légende de la fondation du sanctuaire, qui fait suite à sa découverte dans une grotte par des bergers de Novi, est liée à cette statue. La place, en revanche, est un beau belvédère offrant une vue splendide sur tout le Cilento, jusqu’aux lointains monts Lattari et Picentini au nord, et au Pollino et à la côte calabraise au sud. Juste au-delà du parapet du belvédère, vous pouvez voir un pinacle rocheux : les habitants l’appellent « la ciampa re cavallo » (le cheval roi). Faites un vœu en essayant de lancer une pièce de monnaie au sommet de son arc …….pourrait se réaliser en ce moment même, alors que vous vous trouvez à 1705 mètres, sur la Via Silente !